Le papier


N°4 : le papier


En aquarelle, on utilise en général du papier 300 g/m² (ça peut aller jusqu’à 400 g et ça peut descendre à 250 g, dans ce dernier cas, on travaillera avec très peu d’eau pour ne pas gondoler la feuille).

Il existe 3 sortes de grains de papier



Le grain fin 

Le plus courant, il a une structure (relief) ni trop faible ni trop importante et il est très bien pour débuter (photo issue du bloc XL, couverture bleue claire, Canson, 300 g)


Le grain satiné


C’est un papier très lisse, l’absence de structure le fait moins absorber l’eau, je le déconseille quand on débute. (Je le commande par rouleaux de 10m et je l’utilise pour réaliser mes albums jeunesse.)


Le grain torchon


Très structuré, presque rugueux au toucher, adapté pour peindre des surfaces où on veut laisser apparaître beaucoup de petits points blancs comme une mer qui scintille par exemple (je n’utilise pas ce grain car je fais des dessins précis et ce n’est pas adapté).

Plus le papier est structuré, plus il absorbe l’eau.

La forme : on trouve dans le commerce

  • des blocs reliés par des spirales
  • des blocs encollés sur un côté
  • des blocs encollés sur 4 côtés (si la format de la feuille vous convient, peindre sur un tel bloc est une bonne alternative, cela vous évite de fixer votre feuille à un support afin qu’elle ne bouge pas)
  • des feuilles volantes de différentes tailles
  • des rouleaux (plus rare dans le commerce classique).

L’origine des fibres du papier :

  • cellulose : c’est tout simplement du bois , c’est ce papier-là que l’on trouve le plus dans le commerce. Il est traité chimiquement pour être blanchi.
  • coton (appelé aussi « papier chiffon ») : c’est du 100 % coton, très belle qualité mais plus onéreuse.

La couleur du papier : blanc avec plus ou moins de variantes (écru, beige). Choix selon les goûts.

A lire également